Noms de domaine en location

Le 8 janvier 2013 — par

Une pratique à la limite de l’arnaque découverte le mois dernier, lorsque j’avais contacté le propriétaire d’un nom de domaine pour le lui racheter.

Voici sa réponse :

Pour ma part, mon « fond de commerce » n’est pas la revente/commerce de noms de domaine, mais plutôt le développement de projets autour de différents thèmes avec revenu publicitaire mensuel.

Jusque-là, pourquoi pas.

Ce que je fais de plus en plus est donc de proposer les noms de domaine non développés à la location – via contrat pour établir les garanties (notamment de pérennité) de part et d’autre.

Hein.

Cette solution permet d’être beaucoup plus « indolore » que le rachat pur et simple et pour ma part d’être plus proche de mon « modèle économique » et de la valeur à laquelle j’estime l’usage du ou des NdD.

Un modèle économique basé sur le modèle économique des sites installés sur ses domaines, ce n’est donc pas vraiment le sien. Le nom de domaine en question vaut dans les 300 euros, on a vu plus douloureux comme achat.

La valeur de location est sur la base d’un fixe mensuel, plus un RPM/CPM.

Un fixe et en plus un CPM, donc plus le site fonctionne et plus il doit être gagnant de nous louer son domaine ? Qu’a-t-il à avoir avec le succès ou l’échec d’un site installé sur son domaine ? Rien du tout.

Quand bien même il y aurait un contrat pour assurer la « pérennité » de cette location, le propriétaire du domaine reste le seul à pouvoir modifier les serveurs DNS et couper l’accès à un site qui ne lui rapporterait pas assez.

Comment vivre et créer un business sur son site Web si on peut être coupé du jour au lendemain ? Le propriétaire n’a aucune intention de vendre son domaine, ni aujourd’hui ni dans 2 ou 3 ans quand il sera bien référencé et qu’il vaudra beaucoup plus.

Après en avoir parlé avec un ami « domaineur », il s’agit d’une pratique courante aux Etats-Unis pour des domaines génériques valant plusieurs centaines de milliers de dollars, avec option de rachat. On est loin d’un .org à 300 euros.

S'abonner au flux RSS du blog
Recevoir les nouveaux articles par e-mail :