Inception et la France : Une histoire d’impôts

Le 25 juillet 2010 — par

Comme beaucoup d’entre vous petits pandas, je suis allé voir Inception cette semaine. Je ne vous donnerai pas mon avis sur le contenu du film car ce n’est vraiment pas le but de mon article.

inception.jpg
« C’est bon les gars, on a pied »

Je reviendrai uniquement sur un aspect du film qui m’a intrigué : la place de la France. Plusieurs fois le film évoque la France : la femme du héros est française1, les deux scènes parisiennes sont effectivement tournées à Paris et non dans des décors approximatifs avec des accordéonistes à béret, et l’architecte recrutée par DiCaprio est « française » (en vraie canadienne, c’est Ellen Page, mais bon).

<

p>Pourquoi la France est-elle si présente ? Pour les impôts.

50nsw5.jpg.png
« Ça tu vois, c’est de la morphine parisienne. »

En décembre 2008, le parlement français a approuvé une loi appelée The T.R.I.P. (The Tax Rebate for International Production). Cette loi donne un crédit d’impôt aux productions étrangères qui tourneraient en France, sous certaines conditions :

  • Dépenser au moins 1 million d’euros sur le sol français
  • Avoir plus de 5 jours de tournage en France

Dernier détail qui a son importance : L’oeuvre, pour être soutenue par la CNC et bénéficier de son crédit d’impôt, doit « comporter des éléments rattachés à la culture, au patrimoine ou au territoire français » selon un barème précis. Détaillons :

« Pour être éligible, l’oeuvre concernée doit atteindre un total d’au moins 18 points, incluant au moins 7 points dans la partie « Contenu dramatique ». »

  • Contenu dramatique
  • Critère 2 : Au moins deux décors emblématiques de la France = 3 points
  • Critère 4 : Au moins deux personnages secondaires sont francophones = 2 points
  • Critère 8 : Une version finale de l’oeuvre est doublée en français = 2 points

Comme vous pouvez le constater, le choix de Marion Cotillard et d’Ellen Page ne s’est pas fait au hasard. Même si Page ne parle pas un mot de français, elle est canadienne et de ce fait réside dans un pays francophone. Un point donc, comme Marion. Sans elles, pas de crédit d’impôt, donc pas de scènes en France. Je ne détaille pas le reste du barème qui concerne les techniciens et moyens dépensés en France, l’intérêt de l’article réside dans le contenu dramatique.

28qww8.jpg.png
« J’aurais pas dû tester le pastis, ça tourne. »

Même si j’ai l’air de me moquer un peu des choix scénaristiques de Chris Nolan faits en fonction de son rôle de producteur, je pense que cette loi est une bonne chose pour la France. Il est important de se faire une place dans le cinéma international, autrement que par le français qui boit du vin rouge avec sa baguette sous le bras. Avec un crédit d’impôt comme celui-là, nous pouvons espérer la fin des décors français carton-pâte dans les blockbusters américains.

Ces dernières années, les rares productions américaines s’étant arrêtées à Paris ne restaient que 2 ou 3 jours (G.I. Joe, Julie & Julia, Inglorious Basterds…). Le CNC espère doubler ce temps notamment grâce au crédit d’impôt. Et Woody Allen a annoncé clairement que son prochain film sera tourné en France cette année grâce au TRIP. Il l’avait au départ annulé en 2006 à cause de coûts trop importants.

Pour finir, une petite anecdote sur Inception récupérée pendant mes recherches : Les explosions pyrotechniques étant interdites à Paris, tout a été déclenché par de l’azote sous haute pression. Les effets d’explosifs ont été rajoutés par la suite ainsi que la plupart des débris.

Quelques liens si le côté production du film vous intéresse :

1. Pour la petite histoire : La chanson « Je ne regrette rien » n’est pas un clin d’oeil à Marion Cotillard. Cette musique de Piaf a été choisie par Nolan avant le choix de l’actrice, c’est Hans Zimmer qui l’a convaincu de ne rien changer.

S'abonner au flux RSS du blog
Recevoir les nouveaux articles par e-mail :