EDF me doit un peu plus que la lumière.

Le 23 décembre 2009 — par

J’aurais pu intituler cet article Vis ma vie de SDF, mais reprendre le nom d’une émission de TF1 n’est pas ma tasse de thé (ou café). Reprenons pendant quelques minutes l’ordre des évènements d’hier qui m’ont amené à quitter mon havre de paix.

electric-light.jpg

Il est aux alentours de 14h30, je travaillais comme à l’accoutumée sur mon bureau de geek, lorsque soudain, coupure de courant. Mon côté parano étant assez exacerbé, j’avais prévu le coup avec un onduleur qui m’a permis de sauver mon travail avant d’éteindre la machine. Ce qui m’a intrigué au premier abord était le fait que le modem continuait à fonctionner, alors qu’en général une coupure temporaire ferait au moins couper la ligne téléphonique dans le même temps.

Prenant au début cette coupure pour une coupure globale temporaire, je décide de prendre mon mal en patience et de faire les quelques courses de Noël qu’il me restait à effectuer. La foule aidant, je reviens une bonne demi-heure plus tard chez moi, avec ce même constat : L’électricité n’est toujours pas revenue. Cela commençait un peu à m’inquiéter ; sachant que la nuit tombera dans l’heure qui suit, il a fallu que je prenne les choses en main.

Je ressors rapidement de mes classeurs ma dernière facture EDF pour avoir la référence client que je ne manquerai pas de mentionner à moultes reprises. Je commence par appeler ERDF qui me fait faire les bons tests de base sur le disjoncteur afin d’éviter toute intervention inutile, ce qui est donc plutôt normal, bien que dans mon cas je savais que le disjoncteur n’avait aucun problème, d’où mon inquiétude grandissant avec la nuit. Le technicien, très cordial, finit par regarder le numéro de mon appartement pour énoncer un laconique : « Votre fournisseur vous a coupé l’électricité volontairement ». Gasp.

lrvt.jpg
EDF vous souhaite un joyeux Noël.
(Cette photo a été réalisée grâce à l’éclairage d’un Macbook Pro en fin de batterie)

Il est donc temps pour moi d’appeler la redoutable et redoutée d’entre tous les services clients : La conseillère aigrie des coupures d’électricité injustifiées. Préparant mon coup, je tente l’approche psychologique en commençant par dire que quoiqu’il arrive ça ne sera pas de sa faute, que l’énervement ne résoudra rien et qu’il est dans notre intérêt commun de trouver une solution rapidement. Note pour plus tard : Ça marche.

Après vérifications auprès de ma fameuse référence client, le constat est sans appel : Je paie depuis 4 mois l’électricité de mon ancien appartement. Je ne pouvais pas le savoir, puisque le prélèvement était inchangé jusqu’à la fin de l’année. J’arrive à la conclusion que le conseiller EDF qui s’est occupé de mon déménagement n’a jamais fini la procédure, et ne m’en a jamais averti. Ayant reçu un e-mail de confirmation pour le changement de contrat, il aurait été compliqué pour moi de le deviner.

La conseillère m’aide à résoudre ces différents problèmes administratifs en antidatant le déménagement au 1er septembre, comme il était prévu sur le contrat désormais fantôme. Je vous passerai les détails des questions ironiques sur mon équipement électroménager alors qu’il commençait sérieusement à faire froid dans mon appartement. Une fois ces détails réglés, il ne restait plus qu’à prendre un rendez-vous de rétablissement de ligne… Pour dans 6 jours ! Congés des techniciens obligent.

egdp.png

C’est à ce moment-là que j’ai pu jovialement réutiliser le social engineering mis en place dès le début de mon appel. La conseillère avait un affect sur mon problème, il fallait que je m’en serve. Après avoir vu avec sa supérieure, elle finit par me proposer un rendez-vous express dans les prochaines 48 heures. Conditions cependant : l’intervention sera payante, et ne se fera peut-être pas, si les techniciens ont trop de travail pour daigner s’occuper de ma ligne, le rendez-vous reste fixé au lundi 28 décembre, soit 6 jours après la coupure volontaire.

Une question demeure : Pourquoi la trêve hivernale ne s’applique pas aux besoins de base comme l’électricité ? Couper la lumière et le chauffage, deux jours avant les vacances des techniciens, ça relève du vice pur et simple. Même mon agence pensait que c’était impossible.

Et quand bien même la coupure puisse-t-elle être légitime, il reste choquant de se voir couper l’électricité sans aucune lettre de rappel, que ce soit à la porte de l’appartement, sur la boîte aux lettres, ou même directement au propriétaire qui est censé savoir ce qui se passe dans son bien.

Les prochains jours nous diront si je passerai Noël dans le froid et dans le noir.

S'abonner au flux RSS du blog
Recevoir les nouveaux articles par e-mail :